-18 : Déjà sur vos écrans

Par défaut

Bonjour,

Cette semaine je voudrais revenir sur un fait qui à été énoncé par notre professeur de communication la semaine dernière : La sexualisation du contenu télévisuel n’a jamais été aussi présente.

Comme l’a fait remarqué ma compatriote Star Eyes ainsi que  LittleRainyCloud dans « Media and Soft Porn » nous sommes de plus en plus confronté à des images de type sexuelles. Certes, cela ne déplaira pas à certains. Mais l’utilisation de ce genre d’images est-elle le seul moyen de nous vendre quelque chose aujourd’hui?

Publicités

Véritable succès vs Buzz ridicule

Par défaut

En me promenant sur les blogs de mes collègues je suis tombée sur l’article de LittleRainyCloud, « Media and Soft Porn« . J’aimerais revenir sur ces propos. Comme dit dans son article « la nudité fait vendre ». En effet, et en soit, la nudité est une forme d’expression artistique initialement. Je ne trouve pas que cela soit quelque chose de négatif, et je n’ai aucun problème avec ça. Pas mal d’artistes que ce soit un peintre ou des chanteurs/chanteuses utilisent ce thème artistique mais à des fins purement artistiques. Prenons comme exemple le clip de Justin Timberlake sorti en Juillet 2013. Dans ce clip, la nudité des jeunes femmes est gracieuse, elle est suggérée et non excessivement exposée. Les corps parfois totalement exposés sont « couverts » par des couleurs lumineuses de projecteurs.

Là où cela devient dérangeant, c’est quand la nudité devient vulgaire, abusive et faite pour choquer. Pour créer le Buzz comme LittleRainyCloud l’expliquait pour Miley Cyrus. Au final oui, la vidéo de son clip « Wrecking Ball » a battu le record de vues de Vevo en 24h, mais à quel prix? Je trouve ça bien de la part de Miley de vouloir s’exprimer, de casser son image d’enfant Disney, mais à ce point, je trouve cela ridicule. Aujourd’hui tout le monde presque l’associe à une prostituée, tout le monde parle d’elle certes, mais négativement. Tout le monde la critique. Je ne comprend pas quel plaisir et quelle fierté elle peut avoir à « réussir » en se faisant critiquer, traiter, et considérer comme une fille vulgaire.
Je prend Miley en exemple car c’est un cas extrême. D’autres artistes ont utilisés ce procédé pour choquer et créer le buzz mais de manière contrôlée. Dans un clip ou deux, mais pas dans toutes leurs apparitions publiques, à toutes les cérémonies musicales et dans tous leurs clips comme Miley. Par exemple Katy Perry dans son clip de California Gurls est complétement nue sur certains plans mais on ne voit rien de vraiment intime.

Pourtant au final ce genre de comportement ne fait pas forcément vendre plus que ça, les gens parlent juste plus, mais n’achètent pas en conséquence parce que c’est pas parce que Miley a des paroles vulgaires et aguicheuses, et que ses clips excitent les hommes (et encore…) que les gens vont aimer ses chansons. Au contraire, elle a sûrement perdu une bonne partie de son public de jeunes filles qui la suivait depuis Disney et la prenait pour un modèle. Et les autres personnes qui ne l’écoutaient pas avant ça ne vont pas forcément être séduit par ce style.

Pour conclure, je pense personnellement que s’exhiber et passer pour une fille facile n’amène pas le succès. Ça amène l’intérêt des gens, le questionnement, la curiosité mais rien de plus. Pas de respect ou d’admiration.

Star Eyes

Les placements de marque/produits

Par défaut

Bonjour à tous,

Cette semaine, je vais vous parler du placement de produits/marque. (Oui je sais je ne suis pas le seul à en parler en ce moment : http://carolhett.wordpress.com/2014/03/26/entree-9-placement-de-produit-bien-ou-mal/http://etudetheoriesdelacommunicationdemasse.wordpress.com/2014/03/20/placement-de-produit/).

Pour ma part, je trouve les placements de produits assez amusants. En effet, je vois cette technique de marketing comme un jeu et j’aime repérer les produits qui sont « habilement » dissimulés dans les films ou séries. Pour reprendre l’exemple de Carolhett, on peut voir 007 se rafraîchir avec une bière de la marque « Heineken » dans Skyfall et il y a tout un tas de marques qui apparaissent tout au long du film sans que ça me dérange vraiment. Mais je dois avouer que si le placement de marque est trop redondant, cela devient lourd et on se sent comme agressé. (Comme si les annonceurs nous disaient vient acheter nos produits!! Tu vas voir, ils sont coooool!!) ce qui gâche légèrement le plaisir.. Par exemple, j’ai eu envie de faire cet article juste après avoir vue un épisode de « Dexter », qui est une série populaire et donc très regardée, dans laquelle la marque à la pomme apparaissait tous les 2 plans. Je n’ai pas retenu le numéro exact de l’épisode, mais j’en ai pris un au hasard pour tester et regarder par vous même :

apple

Je m’excuse de la qualité d’image (et là ce ne sont que les moments où l’on voit le logo ou l’interface qui est reconnaissable), mais je me suis rendu compte que ce gentil petit psychopathe et ses collègues étaient de vrais « Apple-Maniacs » et je me suis tellement focalisé sur la marque à la pomme durant cet épisode que je n’ai même pas prêté attention au déroulement de l’histoire…

Je rejoins donc Carolhett sur les points qu’elle a énoncés dans son article et j’en tire les mêmes conclusions : les placements de marque son utile et peuvent même avoir un côté amusant, mais attention à ne pas trop en abuser sous peine de rejet des téléspectateurs.

Personnalisation

Par défaut

Nous parlions dans un de nos précédents cours de la personnalisation. Aujourd’hui pour satisfaire et séduire les clients, la personnalisation voit de plus en plus le jour. C’est vrai qu’en tant qu’utilisateur, je me dis que si je suis dans un environnement qui me ressemble, que je peux moduler à mon image, je m’y sentirais mieux et aurais envie de rester/ acheter plus facilement. Aujourd’hui on peut parler de personnalisation graphiques, par exemple dans nos boites mails où on peut appliquer différents thèmes ou différentes couleurs, pour les voitures ou les chaussures comme les marques Converse et Van’s qui nous proposent des services de création totale de vos chaussures préférées. On a aussi la personnalisation au niveau du contenu, quand les publicités des sites Internet vous propose des articles en rapport avec des articles que vous venez de consulter sur d’autres sites.

Mais aujourd’hui j’aimerais parler d’une innovation astucieuse qui rejoint l’idée de personnalisation de voiture, mais sur un autre objet dont mon collègue T!C a déjà présenté dans son article : « Phoneblocks : pieds de nez à l’obsolescence programmée?« . La personnalisation d’un téléphone portable !
J’ai vraiment adoré l’idée, comment n’avons-nous pu pas y penser avant ! On voudrait tous avoir LE téléphone qui nous ressemble, avec un meilleur appareil photo si on est très photographe, ou de meilleures enceintes si on a l’habitude d’écouter de la musique partout où l’on va, sans pour autant avoir tout les autres composants au même degré de qualité, ce qui nous revient vite très cher en général. De plus, cela nous offre la possibilité de ne changer qu’une pièce de notre téléphone si celle-ci ne fonctionne plus, à la place de racheter tout le téléphone, comme le disait ma collègue dans son article. Quelles économies !
Alors que je trouve que la personnalisation de contenu pousse la personnalisation un peu loin, et je la trouve plutôt intrusive, l’idée de Phoneblocks me séduit totalement. J’ai vraiment hâte de voir si cette innovation est à la hauteur de mes attentes, si malgré la séparation des éléments, le tout fonctionne aussi bien et est tout aussi rapide. Je pense que ce projet va remporter un réel succès mondial.

Statut : I poke the oculus

Par défaut

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui je voudrais revenir sur un événement qui c’est produit cette semaine et qui a fait couler beaucoup d’encre (virtuel) : l’Oculus VR qui vient d’être acheté par Facebook.

L’Oculus est un casque de réalité virtuelle qui, une fois mis sur la tête vous immerge dans un monde 3D. Pour l’avoir testé, je vous dit qu’il est très cool et que l’immersion fonctionne assez bien (malgré l’effet vomitif qui peut être ressentit au bout d’un certain temps de jeu).

Mais pourquoi Facebook une entreprise de réseaux sociaux rachète un casque de hardcore gamer?

http://www.journaldugamer.com/2014/03/26/zuckerberg-oculus-vr-existait/

L’analogie est faite avec Google qui a acheté Android en 2005 car la réalité virtuelle est vue comme la prochaine technologie émergente et le future gadget à la mode. Mais Mark Zuckerberg le dit lui même, son entreprise n’est pas experte dans ce domaine mais veut rendre le monde ouvert et connecté (« Our mission is to make the world more open and connected. For the past few years, this has mostly meant building mobile apps that help you share with the people you care about. We have a lot more to do on mobile, but at this point we feel we’re in a position where we can start focusing on what platforms will come next to enable even more useful, entertaining and personal experiences. »).

Je me demande comment le casque va être détourné pour en faire un produit social de masse. En effet cela me ramène à mon cours de laboratoire  et prototypage dans lequel nous en avons parlé et où une idée est ressortie : Avons-nous le choix, sommes-nous encore objectif aux messages que l’on reçoit en étant connecté en permanence? Puis le débat a pris une tournure à laquelle je n’avais pas réfléchit : nous qui faisons des études (dans les multimédias) avons un esprit critique sur les messages auxquels nous sommes confrontés quotidiennement, mais les enfants qui de nos jours, savent souvent mieux se servir que nous des nouvelles technologies et donc seront amenés à utiliser cet Oculus connecté et qui n’ont pas encore acquis cette analyse d’images (pour l’instant cela s’illustre avec les publicités télévisuelles) mais dans l’avenir l’enfant aura le casque sur les yeux et le parent ne pourra plus contrôler ou n’aura plus accès au contenu vue par l’enfant..

Alors, à quand un univers ultra-immersif dans lequel nous pourrons interagir avec le monde qui nous entoure d’un simple regard, d’un internet où l’on peut naviguer au sens propre et où l’information nous arrive sur un plateau d’argent? Mais attention à qui à accès à cette « information »…

PS:  En espérant que l’Oculus ne devienne pas un gadget Facebook à la mode et que son avenir dans le jeu vidéo se termine à son commencement.

 

Pâtes Carbo

Le Transperceneige – The Snowpiercer

Par défaut

Hier soir j’ai proposé à mes colocs qu’on regarde le film « Snowpiercer, Le Transperceneige » en pensant regarder un film d’action sympathique et qui nous en mettrait plein les yeux. Je l’avoue j’attendais beaucoup de ce film, parce que je trouvais le concept intéressant.

Snowpiercer, Le Transperceneige est un film tiré d’une bande dessinée française, qui raconte l’histoire des derniers survivants de l’humanité, suite à une nouvelle ère glaciaire en 2031, vivant dans un train qui fait le tour de la Terre sans jamais s’arrêter. Dans ce train invisible et futuriste s’est recrée une hiérarchie entre les humains et on entre dans le monde de la « queue du train », les pauvres donc, alors que dans les premiers wagons du train, se trouvent la « noblesse » et l’inventeur et gérant du train. L’histoire du film va donc être construite autour de la révolte des « Queutards ».

À la fin du film, grosse discussion avec mes colocs sur les incrustations de qualité moyenne, les longueurs durant le film, les actions incohérentes ou de mauvais goût. Une fois l’aspect scénaristique et visuel du film critiqué, on s’intéresse plus profondément aux sujets abordés dans ce film. Au final, certes l’aspect scénaristique du film très américain, plutôt cliché avec un héros invincible/intouchable, mais le scénario en lui-même est vraiment intéressant. On retrouve dans ce film un affrontement des classes sociales très marqué, plus on avance dans le train, plus les classes sociales augmentent et deviennent importantes. En fait, ce film se centre beaucoup sur l’être humain et pose des questions morales vraiment intéressantes. Notamment sur la volonté de survie de l’être humain, de sa réaction face à la violation de sa dignité, de son envie d’équalité face à un système de classe ancré depuis déjà très longtemps.

Au final, je suis quand même un peu déçue du film final quand je vois la richesse des sujets abordés et l’idée ingénieuse initiale. Mais c’est un film sympathique et que je vous inviterais à regarder un soir entre amis.

Star Eyes

SNOWPIERCER_LE-TRANSPERCENEIGE-Affiche-def

La consommation des médias

Par défaut

Bonjour !

Aujourd’hui j’aimerais revenir sur une remarque qu’a fait un de mes professeurs cette semaine : le fait que notre consommation des médias a bien changé depuis une dizaine d’années.

Je vais prendre l’exemple des séries pour illustrer mon analyse. Quand j’étais au lycée, il y a 4 ans environ, je me rappelle que j’avais l’habitude de rentrer des cours, et d’allumer la télé car je savais que mon épisode des Frères Scott/Ghost Whisperer  commençait à 17h. C’était mon rendez-vous quotidien. Mais le truc, c’est que mes horaires n’étaient pas identiques tout les jours, et il arrivait souvent que je rate plusieurs épisodes, de quoi me perdre un peu dans l’histoire. C’était frustrant.

Avec l’arrivée du streaming, je pense que les 3/4 des gens qui étaient obligés de suivre des horaires pour regarder leur série, ont totalement laissé tomber leur télévision. Et j’en fais partie ! Pourquoi? Premièrement pour la raison évoquée plus haut, le fait qu’on ratait des épisodes et qu’on perdait le fil de l’histoire parce que des obligations de notre vie nous l’imposaient. Le streaming nous permet donc de pouvoir regarder nos épisodes quand bon nous chante.
Ensuite, le streaming nous a apporté la possibilité de pouvoir regarder des saisons entières de nos séries sans limitation. Nous passons donc à 1 ou 2 épisodes par soir à deux saisons en 3-4 jours pour certains, (comme mon coloc 😉 ) soit une dizaine d’épisodes par jour.
Mais le streaming, c’est pas vraiment légal et pas toujours de super qualité. Alors qu’avons nous comme alternative?

Netflix a très bien compris ce changement et a su tiré un très bon parti de la situation et des envies des utilisateurs. Netflix propose la même chose que les streamings, mais de manière légale, de super qualité et à faible coût. Pour 8$ par mois, nous avons accès à une bibliothèque immense de films et de séries. De plus Netflix fait en sorte de s’adapter sur tout les supports, télévision (grâce aux consoles) , ordinateur, tablette, mobile. Au delà du changement de fréquence de notre consommation des médias, nous avons ici un changement de support de consommation. Bien sûr c’est aussi lié au fait de l’arrivée des tablettes et de l’évolution des smartphone. Mais du temps où je regardais mon épisode de ma série à 17h, je n’aurais jamais pensé pouvoir regarder mes films/séries en illimité sur mon téléphone.

Capture d’écran 2014-03-20 à 11.09.57

On peut aussi associer cette consommation excessive  à la société de consommation dans laquelle nous vivons aujourd’hui et le besoin de satisfaction immédiate qu’elle nous impose.

Star Eyes